La pêche : un leurre scolaire!

L’histoire passionnante du Club de pêche “Les Naufragés”

 

Daniel Allard est professeur d’anglais à l’École de la Source d’Autray à Lanoraie. Cette municipalité, de moins de 5 000 habitants, se situe dans Lanaudière, sur la rive nord du fleuve Saint-Laurent, à l’est de Lavaltrie. C’est un mordu de la pêche et un pédagogue captivant.

 

Une de ses plus passionnantes histoires de pêche commence en 2013, lorsqu’un élève voit Mister Daniel avec sa boîte à lunch et sa canne à pêche sortir de l’école pour dîner. Il lui demande : où allez-vous comme ça? La réponse est évidente : à la pêche ! L’élève se montre intéressé à l’accompagner, puis un autre et encore un autre. Un engouement provenant des jeunes se crée rapidement, si bien qu’un an plus tard, avec 500$ en poche, amassés grâce à une collecte de bouteilles, le Club de pêche « Les Naufragés » est créé. Il compte 12 élèves qui font une activité liée à la pêche 1 fois par semaine. Le Club grossit d’année en année et M. Allard doit demander du financement au programme de Relève et mise en valeur de la faune du ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs (MFFP) ainsi qu’à la fondation Héritage faune. Une multitude de partenaires locaux participent à ce projet qui prend de l’ampleur.  En 2017, 42 élèves seront eux aussi de la gang des « Naufragés ». Pour M. Allard, c’est plus de 400 heures de bénévolats données dans ce projet qui l’occupe tous les midis. On appelle ça du dévouement!

 

 

 

Les membres du Club ne font pas qu’aller à la pêche, ils partagent et perfectionnent des techniques de pêche et ils fabriquent leurs propres leurres. Ils utilisent de l’« air brush » pour colorer leurs cuillères, réalisent des « spinnerbaits » en se basant sur des photos de poissons appâts et font aussi du montage de mouche. Si bien, que durant les deux ans où ils peuvent être dans le Club (5e et 6e année), ils réussissent à se monter, avec une grande fierté, un coffre complet d’une valeur d’environ 300$. Les élèves vont au Salon chasse et pêche et préparent des sorties en pourvoirie et en réserve faunique. À l’école, ils ont aussi une bibliothèque d’environ 200 ouvrages sur la pêche et les poissons.

 

 

 

 

 

 

L’effet multiplicateur des jeunes de ce Club de pêche se fait sentir dans toute la communauté de Lanoraie. Habituellement, le rôle de mentor revient à l’adulte, mais dans ce cas, ce sont les jeunes « Naufragés » qui entraînent leurs parents et leurs grands-parents à la pêche. Parce qu’à Lanoraie, pêcher c’est « HOT » ! La force mobilisatrice de chaque élève est égale à environ 10 personnes entraînées à pratiquer une activité de pêche. C’est énorme. À titre d’exemple, les participants à des activités comme Pêche en herbe, qui ont initié quelqu’un d’autre à la pêche, ont eu un effet indirect sur 3,5 personnes. Les jeunes du Club ne profitent pas seulement d’une initiation à la pêche, avec 60 ateliers et 80 heures d’expérience, ils deviennent de petits experts. Ce sont les formateurs de demain que M. Allard entraîne.

 

La principale raison du succès de ce projet, c’est qu’il s’est intégré parfaitement au contexte scolaire et social. Il est devenu un projet de persévérance scolaire. Il rejoint les trois missions du système d’éducation : instruire, socialiser et qualifier. Concrètement, les élèves sont amenés à :

 

  • s’instruire sur les espèces de poissons, leurs habitats, l’environnement, les différentes techniques, etc. ;
  • socialiser avec de nouvelles personnes, s’entraider, entretenir un sentiment d’appartenance, etc. ;
  • se qualifier en tant que personne autonome, passionnée, persévérante, etc.

 
De plus, les membres du club doivent respecter un code de conduite et fournir les efforts nécessaires à l’école pour participer aux ateliers. Toute cette dynamique entraîne un changement positif dans l’attitude de plusieurs jeunes. Certains ont développé des aptitudes à parler en public en animant des ateliers, d’autres se sont enfin trouvé des amis qu’ils n’avaient pas et la découverte d’une passion pour la pêche a même redonné le goût de vivre à un petit « naufragé ». Finalement, pour citer M. Allard : la pêche, c’est un beau leurre scolaire !

 

 

Pour plus d’informations :

https://www.lesnaufrages.ca/

https://www.facebook.com/clublesnaufrages/

Pour voir M. Allard expliquer son projet aux participants du 71e congrès annuel de la FédéCP: https://www.facebook.com/ronald.raymond.3720/videos/10210686265251810/ 

Commentaires

Si vous avez apprécié cet article, partagez-le avec d’autres! Vous aimeriez mettre en oeuvre un projet comme celui du Club de pêche Les Naufragés? Vous aimerez en connaître davantage sur les étapes pour y arriver? Écrivez-nous ici.