La pêche au doré avec Sabrina Barnes

 

 

Lorsque j’ai capturé ce poisson, ma vision de la pêche au doré a pris tout un autre sens!

Le tout s’est déroulé sur le lac Saint-Pierre en juin 2016 lors d’une belle journée ensoleillée. La baie peu profonde dans laquelle nous pêchions, nous offrait un brochet après l’autre. C’était Paradisiaque! Il faut dire que ma grosse mouche rose de 6 pouces atteignait une profondeur parfaite d’environ 6 pieds grâce à ma soie calante, de quoi faire réagir ces gros carnassiers! Le crépuscule commençait à peine à se pointer le nez, que j’ai eu la surprise d’une vie ! En ramenant ce poisson au bateau, je pensais avoir capturé un autre petit brochet, mais c’était un gros doré. La folie était prise dans le bateau! J’avais peine à croire qu’un doré de cette taille pouvait se trouver dans une baie peu profonde où l’eau approchait les 20 °C. Ce magnifique poisson mesurait exactement 58 cm et pesait environ 6 livres. Ma vision face à la pêche au doré a pris tout un autre sens à partir de cet instant. Durant l’été 2016, j’ai eu la chance d’expérimenter davantage le doré à la mouche. Je suis maintenant assurée que cette espèce se pêche bien à la mouche, et ce autant en rivière qu’en lac à tout moment de l’année. Voici donc quelques astuces pour que vous puissiez essayer le doré à la mouche à votre tour.

 

 

Le pêcher en lac

             Au cours du même été, je suis allée rejoindre mon grand-père à Chibougamau pour pêcher le doré. Mon papi m’avait d’ailleurs dit « j’aimerais tellement te voir en attraper un à la mouche ». J’avais une belle mission! Voici comment je m’y suis prise.

 

Pêcher les berges

Alors que le bateau longe les berges, je m’installe à l’avant pour faire quelques lancers à la mouche avec ma soie calante. Ma mouche parcourt le secteur près de la berge où il y avait une cassure importante. La berge devenait rapidement profonde, ce qui offrait un bel habitat pour les dorés. À chaque lancer, je m’assure que ma mouche devance le bateau, qui lui était en marche, afin d’avoir la meilleure action en la ramenant. J’ai attrapé mon premier doré du voyage de cette manière. Je garde un beau souvenir de ce moment qui a été immortalisé avec une photo accompagnée de mon grand-père. C’est lui qui m’a transmis sa passion pour la pêche et je lui en serai toujours reconnaissante.

 

 

S’ancrer à une fosse

Si vous connaissez une belle fosse où se tiennent beaucoup de dorés, voici la méthode la plus facile selon moi pour capturer un doré à la mouche en lac. J’ai eu beaucoup de succès dans les fosses aux embouchures de rivière. À ces endroits, j’ancre le bateau afin de lancer autour de cette fosse à maintes reprises dans diverses directions. Je laisse caler ma mouche à la profondeur désirée tout en utilisant la méthode de décompte afin de couvrir toutes les zones où ils pourraient se retrouver. Je débute par la laisser caler 10 secondes avant de ramener à différentes vitesses. Si cela ne fonctionne pas, 15 secondes… 20 secondes… jusqu’à ce que vous capturiez vos premiers dorés et trouve ainsi la profondeur idéale. N’hésitez surtout pas à ramener la mouche énergiquement. C’est souvent de cette manière que vous les ferez réagir et obtiendrez plus d’attaques. Votre meilleur outil sera les lancers de distance, ce pour quoi bien maîtriser la technique de lancer vous facilitera la tâche.

 

Pêcher à la traine

Si pour vous les lancers sont plutôt difficiles à effectuer, dans une situation par exemple où il y aura beaucoup de vent, la méthode de la traine peut s’avérer bien payante et surtout vous permettre de couvrir beaucoup d’eau. C’est simple, il suffit de sortir TOUTE la soie (environ 100 pieds) et de la laisser traîner à l’arrière du bateau qui avance tranquillement. 

 

 

Le pêcher en rivière

 

Savoir utiliser le courant

La méthode employée est bien différente de celles dans les lacs. En plus de trouver les fosses, il faut s’assurer d’avoir un secteur avec la vitesse de courant pas trop rapide afin que la mouche puisse caler et passer tranquillement devant les dorés. Une de mes recettes gagnantes pour cette situation est la suivante : un Clouser Minnow #2 pêché avec une soie calante #9. Il suffit de bien présenter sa mouche avec la méthode de dérive, tout comme l’on pêche le saumon à la noyée et la truite aux streamers. Il faut lancer la soie à 90° par rapport au courant et s’assurer que la soie est toujours droite lors de la dérive. Lorsque la mouche tend à s’immobiliser, commencez à «stripper». 

 

Quelles sont les mouches utilisées ?

N’importe quel streamer entre 2 et 6 pouces feront parfaitement le travail. Pour les choix de couleurs, j’ai personnellement eu beaucoup de chance avec le rose, mais des mélanges entre le bleu, le blanc et le noir fonctionnent aussi très bien. Lorsque je fabrique mes mouches, j’aime bien y ajouter une petite touche de brillant et la lester afin d’atteindre plus de profondeur. Un autre type de mouche à voir dans sa boîte est sans aucun doute une grosse sangsue noire fabriquée avec des bandes de lapin et avec une touche de bleu. 

 

 

Quel est l’ensemble à la mouche idéal ?

Un ensemble canne, soie et moulinet entre #7 et #9 sont les meilleurs outils pour cette espèce. Les cannes #8 vous permettront de tout faire : lancer de grosses mouches, lancer contre le vent et atteindre la distance désirée. Si vous savez que les chances d’attraper un brochet sont également très bonnes dans ce secteur, la canne #9 deviendra le choix numéro un. J’aime personnellement lancer des cannes plutôt rapides de 9’ pour le doré. N’oubliez pas une chose : l’équipement peut faire une bonne différence, mais c’est d’abord les techniques qu’utilise le pêcheur qui lui permettront de mettre toutes les chances de son côté.

 

Est-ce que la soie fait une différence ?

             Certainement! En début de saison, il est même possible de capturer des dorés dans moins de 5 pieds d’eau avec des soies flottantes, mais plus la saison avance, plus il faut aller les chercher généralement en profondeur. J’utilise des soies RIO qui ont une tête courte afin de lancer plus facilement des mouches lourdes. Pour les soies calantes, j'en choisis une qui va couler à au moins 6 pouces par seconde.

 

Dans votre prochaine sortie au doré, pourquoi ne pas faire changement et apporter votre canne à mouche pour faire quelques lancers? Vous aurez peut-être la piqûre vous aussi. Si c’est le cas, il me ferait grand plaisir que vous me partagiez cette expérience. N’hésitez pas à me contacter!

 

Sabrina Barnes

Sabrina Barnes

Sabrina Barnes débute son parcours de pêche à la mouche à 13 ans, mais elle pêche depuis qu’elle en a deux. Dès 17 ans, elle obtient une certification d’instructrice de lancer à la mouche par l’International Federation of Fly Fishers (IFFF). Après avoir travaillé deux étés à la boutique Iron Bow Fly Shop en Alberta, elle ouvre sa propre école au Québec en 2016 pour enseigner l’art du lancer à une main et des lancers Spey. Elle s’implique beaucoup dans la promotion de la pêche à travers les séjours pour femmes avec la Pêche au Féminin, ses articles dans Sentier Chasse et Pêche et Pêche à la mouche Destinations, ainsi que d’autres collaborations avec les fédérations (FQSA, FPQ, FédéCP).

Lien vers mon stie Internet : www.sabrinabarnes.com

Lien vers ma page Facebook : https://www.facebook.com/flyfishsab/

Commentaires

Si vous appréciez cet article, partagez-le avec d’autres! Des questions sur cet article? Écrivez-nous ici!