LA FÉDÉRATION

3 mars 2022

Nouvelle - Bilan scientifique des deux premières années du plan de gestion du cerf

Le ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs (MFFP) a présenté dernièrement aux partenaires fauniques les données des deux premières années d’application du Plan de gestion du cerf de Virginie 2020-2027.

 

La rencontre technique entre le MFFP et les partenaires

 

L’objectif était de dresser un bilan clair et objectif de la population de cerf et de répondre aux questionnements des clientèles, dont certaines étaient inquiètes, par rapport à un plan de gestion qui présentait beaucoup de nouveautés.

 

Cette rencontre, seulement deux ans après l’entrée en vigueur du plan, était exceptionnelle puisque les plans de gestion de la faune ne sont habituellement pas discutés avant la mi-plan, soit au bout de quatre ans.

 

Le MFFP a démontré qu'il n'y a pas de nécessité à apporter des corrections en urgence pour assurer la conservation de la population de cerfs.

 

Le constat

 

La FédéCP, comme les autres participants à la rencontre, attendait avec impatience les résultats d’un plan qui chamboulait les façons de faire habituelles. Rappelons que certaines propositions initiales avaient fait sourciller, comme celle d’offrir jusqu’à quatre permis par chasseur. La FédéCP s’y était fermement opposée, ce qui avait amené le ministère à fixer la limite à deux permis par chasseur dans deux zones distinctes. Par la suite, la FédéCP avait aussi demandé à ce que le deuxième permis ne puisse pas être obtenu dans les zones à faible densité, une proposition qui n’avait pas été retenue. À la suite des discussions et des compromis, la FédéCP acceptait le plan présenté par le MFFP, mais demeurait impatiente de constater les résultats sous forme de données scientifiques.

 

Après un rappel des objectifs du plan de gestion et un portrait détaillé de la chasse au cerf sous les mesures du plan 2020-2027, la FédéCP et les cinq autres partenaires ont pu constater que le plan de gestion est efficace et en voie d’atteindre les objectifs.

 

Ces objectifs sont entre autres de faire face à la baisse du nombre de chasseurs qui était observée depuis plusieurs années, de simplifier la réglementation, de répondre aux attentes des chasseurs, de contrôler des effets déprédateurs du cerf, de limiter les accidents routiers et de favoriser l’économie.

 

Une récolte globale de cerfs relativement stable

 

Un des questionnements soulevés par les nouvelles modalités était bien sûr de savoir comment le nombre total de cerfs récolté allait être affecté. Les principales nouvelles mesures sont les suivantes :

 

  • La mise en place d’un permis de zone
  • La possibilité d’obtenir deux permis par chasseur
  • Le partage du permis cerf sans bois
  • L’harmonisation des dates de chasse
  • L’instauration d’une fin de semaine dédiée à la relève
  • L’ajout de deux zones : 15 Est et 26 Ouest

 

Par rapport à la moyenne de 2017 à 2019, la récolte 2020 a été inférieure de 3 % et la récolte 2021 a été supérieure de 3 %. L’augmentation de prélèvement de 2020 à 2021 indique un redressement des populations suite à l’hiver 2019 qui avait été très rigoureux. La variation relativement faible de la récolte totale indique donc que les effets des nouvelles modalités de gestion sont limités.

 

 

Récolte

Pourcentage d’écart avec la moyenne

Moyenne 2017-2019

45 319

-

2020

43    854

-3 %

2021

46 558

+3 %

 

 

Les effets spécifiques de la possibilité d’acheter deux permis

La possibilité de chasser deux cerfs dans deux zones différentes (sauf pour 5 Ouest, 8 Est et 8 Sud) avait parmi ses objectifs d’accroître les prélèvements dans les secteurs les plus densément peuplés, c’est-à-dire les zones 5 Ouest, 6 Sud, 6 Nord, 7 Sud, 7 Nord, 8 Est, 8 Sud et 8 Nord.

 

L’objectif a été atteint, sans toutefois mener à une surexploitation de la ressource. La récolte totale de l’automne 2021, sans tenir compte d’Anticosti, a été de 46 558 cerfs. Cette récolte a été faite par 135 000 chasseurs. Parmi ceux-ci, 20 000 se sont procuré un permis supplémentaire et de ce nombre 2 485 ont récolté deux cerfs. Parmi les chasseurs qui ont récolté deux cerfs, 1601 ont récolté au moins un cerf sans bois et 884 ont récolté deux mâles. L’utilisation du second permis n’a contribué à faire prélever que 3 % de mâles supplémentaires à l’échelle du Québec.

 

La majorité des chasseurs a acheté un second permis dans les zones où les densités de cerfs sont les plus élevées. En 2021, la zone la plus touchée par cette mesure a été la 8 Est où 10 % (160) de tous les mâles récoltés (1621) l’ont été en vertu d’un second permis. Plusieurs zones marginales n’ont connu aucune récolte à l’aide d’un deuxième permis. Pour sa part, la 10 Ouest a connu une récolte de 16 mâles supplémentaires, ce qui constitue 1 % de la récolte de mâles totale.

 

Analyse qualitative de la population de cerfs

 

Proportion des sexes

Encore une fois, les biologistes du ministère ont rappelé qu’aucun protocole scientifique ne permet d’évaluer avec précision le ratio des sexes au sein d’une population de cerfs sauvages. Malheureusement, ce qu’il faut comprendre ici, c’est qu’en absence de données probantes sur cet aspect, le ministère ne peut appliquer aucune mesure réglementaire pour moduler le ratio mâle-femelle.  

 

Le projet de recherche sur la Restriction sur la taille légale des bois (RTLB)

Maintenant que les cinq années de chasse prévues au projet pilote sont terminées, il reste au ministère quelques suivis à faire, dont un inventaire aérien des populations des zones 6 Sud, 6 Nord et 7 Sud, l’analyse d’un sondage de satisfaction auprès des chasseurs de ces zones et une évaluation de la productivité des biches à partir d’animaux morts à la suite d’accidents routiers. Par la suite, la rédaction du rapport final sera achevée. Une rencontre devrait avoir lieu à ce sujet l’automne prochain. C’est à la suite de l’analyse des données du projet pilote que pourra être prise une décision quant à l’utilisation de la RTLB dans la gestion du cerf au Québec.

 

            Le projet en résumé

Au moment de l’élaboration du plan de gestion 2010-2017, c’est la FédéCP, inspirée par certains de ses membres et au nom des chasseurs qu’elle représente, qui a réussi à faire cheminer auprès du Ministère l’idée d’instaurer une restriction sur la taille légale des bois (RTLB) des cerfs chassés, en conformité avec la philosophie Quality Deer Management. C’est grâce aux représentations de la FédéCP, et après d’âpres discussions, que le ministère avait accepté d’inclure le concept au plan de gestion, avec la condition que cette RTLB soit tout d’abord appliquée dans un territoire restreint, sous forme d’un projet de recherche, avec l’objectif d’en évaluer scientifiquement la portée. La FédéCP a même recueilli le mandat de faire accepter aux chasseurs des zones 6S et 6N de débourser 10 dollars supplémentaires à l’achat de leurs permis afin de couvrir les frais associés au projet. C’est finalement en 2016 que le projet a commencé pour une durée de sept ans, c’est-à-dire une d’élaboration du protocole, cinq de chasse et une dernière d’analyse des résultats. Cette démarche suit son cours à l’intérieur du cadre qui avait été entendu lors de l’élaboration et de la mise en place du projet de recherche.

 

L’avenir de la gestion du cerf

Présentement, le plan de gestion permet de poursuivre les objectifs que le MFFP s’est fixés en 2020. Ce premier bilan des données scientifiques démontre qu’il n’y a aucune urgence de modifier le plan de gestion actuel.

 

Considérant que

  • Les modalités du plan de gestion 2020-2027 ont contribué à combler la diminution de prélèvement dû à la baisse du nombre de chasseurs,
  • Que les circonstances de la pandémie ont attiré 10 000 chasseurs supplémentaires en 2020,
  • Que le bilan de récolte démontre que la ressource n’est pas surexploitée,
  • Que la population de cerfs se redresse après un hiver 2019 très rigoureux,

 

Il est juste de croire que le plan de gestion du cerf de Virginie 2020-2027 atteint ses objectifs et que l’état de la population actuelle laisse présager une chasse satisfaisante pour la majorité des chasseurs québécois dans les années à venir. 

 

La prochaine étape attendue avec impatience par la FédéCP dans la gestion du cerf est donc le dépôt du rapport sur la restriction sur la taille légale des bois. Par la suite, la révision habituelle de mi-plan devrait avoir lieu en 2024.

 

Pour en savoir plus

La présentation complète du MFFP

Le plan de gestion du cerf de Virginie 2020-2027

Trouver un cours

Programme d'éducation en sécurité et en conservation de la faune

TROUVER UNE FORMATION

Devenir membre

Devenez membre individuel, membre associatif, membre communautaire ou membre partenaire. 

S'inscrire