26 février 2018

Chasse au caribou : la Fédération québécoise des chasseurs et pêcheurs ne comprend toujours pas la fermeture de la chasse

Québec, le 26 février 2018 -  Les résultats du plus récent inventaire du troupeau de caribous de la rivière aux Feuilles supportent la conviction de la Fédération québécoise des chasseurs et pêcheurs (FédéCP) qu’il serait possible de permettre une chasse sur ce troupeau de cervidés. Considérant les chiffres et les analyses fournis la semaine dernière, il est difficile de comprendre pourquoi le ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs (MFFP) a mis fin à cette activité qui occasionnait chaque année la récolte de moins de 1 % du troupeau, en plus de démanteler du même coup toute une industrie, et ce, à fort coût.

 

Selon les chiffres livrés par le MFFP, le troupeau de la rivière aux Feuilles comportait à l’automne 2017 environ 209 000 individus alors qu’il était estimé à 181 000 bêtes en 2016. De ces chiffres se dégagent aussi certains autres constats positifs ; le taux de survie des femelles a été établi à 94,7 % et celui des faons à l’hiver à 79,7 %. Pour la FédéCP, ces indices démontrent qu’on a mis prématurément fin à la chasse puisque malgré l’activité de prélèvement, le troupeau a augmenté. La décroissance globale de cette population est un phénomène naturel avec lequel il aurait été vraisemblablement possible de travailler afin d’assurer la prospérité des pourvoyeurs du Nord et l’accès des Québécois à cette ressource.

 

En effet, la récolte de caribous par la chasse, lorsqu’elle était permise, était marginale et ne représentait qu’une infime partie du troupeau. Pendant la saison 2016-2017, c’est 0,3 % du troupeau qui a été récolté, soit 578 caribous, alors que les 900 caribous abattus en 2017-2018 représentent 0,4 % du troupeau. Il est clair que le MFFP aurait pu au moins accorder aux pourvoyeurs les 300 permis qu’ils réclamaient pour assurer la survie de leur industrie, et même le double de ce nombre, sans nuire au troupeau.

 

Il existe ailleurs au Canada de nombreux autres troupeaux de caribous, qui sont aussi en déclin, et sur lesquels on permet toujours la chasse, puisque l’activité n’est pas considérée comme le facteur clé de leur déclin. De même, au Québec, on se permet de récolter autour de 25 % de notre population d’orignaux, en ayant confiance dans les suivis effectués. Pourquoi n’en est-il pas ainsi avec le caribou ? Nous comprenons très bien que le pourcentage de récolte pour ce gibier pourrait être de 4 % incluant le prélèvement autochtone.

 

 

À propos de la Fédération québécoise des chasseurs et pêcheurs

La Fédération québécoise des chasseurs et pêcheurs (www.fedecp.com) est un organisme sans but lucratif qui représente 125 000 membres. Depuis 1946, sa mission est de contribuer, dans le respect de la faune et de ses habitats, à la gestion, au développement et à la perpétuation de la chasse et de la pêche comme activités traditionnelles, patrimoniales et sportives.

 

 

- 30 -

 

 

Source :                     

Emily Vallée

Coordonnatrice aux communications

Fédération québécoise des chasseurs et pêcheurs

Tél. : (418) 878-8999 / 1 888 LAFAUNE

@ : emilyvallee@fedecp.com

Trouver un cours

Programme d'éducation en sécurité et en conservation de la faune

VOIR LES COURS

Devenir membre

Devenez membre individuel, membre associatif, membre communautaire, membre municipal ou membre partenaire. 

S'inscrire