LA FÉDÉRATION

14 septembre 2017

Projet d’instauration d’un permis de pêche en mer; la FédéCP dépose un mémoire pour stimuler une réflexion multifactorielle et défendre les intérêts des pêcheurs sportifs

Québec, le 14 septembre 2017 –  La Fédération québécoise des chasseurs et pêcheurs (FédéCP) publie aujourd’hui un mémoire remis il y a quelques jours au ministère des Pêches et des Océans du Canada (MPO) au sujet d’un projet d’instauration d’un permis de pêche en mer dans l’Est du Canada, dans l’objectif de stimuler cette activité et ses retombées économiques. Devant les enjeux importants soulevés par une telle éventualité, dont celle de la possible perte d’amateurs déjà irrités par les nombreuses entraves existantes, il était impératif d’aider le MPO à se faire l’idée la plus précise possible des attentes des pêcheurs sportifs du Québec quant au développement de la pêche sportive dans la zone 21.

 

Le projet du MPO d’instaurer un permis de pêche, assorti d’une déclaration obligatoire des prises, poursuit l’objectif de stimuler la pêche récréative comme moteur économique et source d’enrichissement pour toutes les régions.  En vertu de ce projet, l’instauration d’un permis est envisagée dans la mesure où certains stocks se rétablissent et que d’autres, telles que ceux du maquereau, nécessitent une attention particulière.

 

Bien qu’attentive au souhait du MPO de mieux mettre en valeur la pêche sportive aux espèces marines, la FédéCP demeure tout de même craintive devant la mise en place d’un permis de pêche en mer. C’est d’ailleurs afin de documenter son analyse qu’elle a tenu au cours de l’été une consultation dont les résultats ont servi à établir les positions et les réflexions qui sont présentées dans son mémoire. Par cet exercice, elle a pu transmettre au MPO le portrait de la situation et les propositions de la communauté de pêcheurs devant l’éventualité de l’arrivée d’un permis de pêche en mer, afin qu’il puisse évaluer le plus justement possible la pertinence d’instaurer un tel permis.

 

D’emblée, le mémoire annonce que l’imposition d’un permis sera un irritant important pour les pêcheurs, et qu’il le sera davantage s’il devient payant. La déclaration obligatoire des prises risque aussi de rebuter bien des pêcheurs et, selon les avis des pêcheurs consultés, un sondage auprès des utilisateurs conviendrait mieux à un projet de mise en valeur de la pêche sportive. Par la même occasion, la FédéCP en profite pour attirer l’attention du MPO sur d’autres éléments importants à considérer relativement à son projet. Elle demande à ce ministère de réfléchir à l’ouverture de la pêche à certaines espèces, telles que le hareng et le flétan de l’Atlantique, inéquitablement réservées aux pêcheurs commerciaux. Elle demande aussi qu'il mette en place le projet pilote de pêche aux crustacés que les citoyens de la Minganie réclament. Offrir aux citoyens l’opportunité de récolter un homard ou quelques oursins ne mettront aucunement les populations en danger. Les ressources aquatiques de notre pays appartiennent à tous les Canadiens, et le gouvernement doit prévoir leur partage équitable entre tous.

 

Finalement, la FédéCP est parfaitement d’accord avec le MPO qui n’envisage pas l’émission de permis pour les espèces catadromes, telles que l’anguille, ou les espèces anadromes, telles que le bar rayé, l’éperlan, la truite de mer, l’esturgeon et autre. Rappelons que présentement il n’est pas nécessaire de se procurer de permis pour pêcher dans la zone 21, englobant le fleuve Saint-Laurent à partir du pont de Québec et le golfe du Saint-Laurent jusqu’au fond de la Baie-des-Chaleurs.

 

Malgré la pertinence du projet du MPO, il n’en demeure pas moins que de nombreuses questions se posent quant à l’instauration d’un permis de pêche en mer, notamment en regard du frein qu’il pourrait appliquer au développement ou, tout simplement, au maintien de la pêche récréative dans le fleuve et le golfe du Saint-Laurent. Le mémoire soumis par la FédéCP aidera ce ministère à évaluer au mieux son projet, et à s’assurer que la décision qui sera prise le sera réellement en faveur de la mise en valeur de la pêche sportive.

 

Vous trouverez les détails de la position de la FédéCP à l’égard d’un permis de pêche en mer en consultant le mémoire qu’elle a produit dans la section « Documentation » de notre site Internet www.fedecp.com/la-federation/documentation/memoires/.

 

La Fédération québécoise des chasseurs et pêcheurs (www.fedecp.com) est un organisme sans but lucratif qui représente 125 000 membres. Depuis 1946, sa mission est de contribuer, dans le respect de la faune et de ses habitats, à la gestion, au développement et à la perpétuation de la chasse et de la pêche comme activités traditionnelles, patrimoniales et sportives.

 

- 30 –

 

 

Source :                       

Stéphanie Vadnais
Conseillère aux communications
Fédération québécoise des chasseurs et pêcheurs
Tél. : (418) 878-8901 / 1 888 LAFAUNE
@ : stephanievadnais@fedecp.com

Trouver un cours

Programme d'éducation en sécurité et en conservation de la faune

VOIR LES COURS

Devenir membre

Devenez membre individuel, membre associatif, membre communautaire, membre municipal ou membre partenaire. 

S'inscrire