LA FÉDÉRATION

1 août 2017

Bar rayé : urgence d'agir !

Québec, le 1er août 2017 -  Depuis le début de l’été, le bar rayé fait beaucoup jaser. Bien qu’il soit interdit de le pêcher ailleurs qu’au sud de la Gaspésie, les observations de bar sont de plus en plus fréquentes dans les eaux du fleuve Saint-Laurent. Positif à plusieurs égards, l’essor fulgurant de ce poisson sème toutefois de l’inquiétude chez les gestionnaires de rivières à saumon, qui craignent que sa présence ne nuise aux populations du roi des rivières : plusieurs captures ont été faites depuis le début de la saison, et ce, souvent à plusieurs dizaines de kilomètres des embouchures.

 

Devant ces faits, le ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs (MFFP) a récemment fait l’annonce de la mise en place de mesures visant à documenter la présence de bars rayés dans les rivières à saumon. Le MFFP invite les citoyens à contribuer à ses travaux en signalant la présence de l'espèce dans les rivières du Québec via l'entremise du site Web du Centre de données sur le patrimoine naturel du Québec, ainsi que par les formulaires disponibles au poste d'accueil de plusieurs gestionnaires de rivière à saumon.

 

Le MFFP annonce également qu’«Un projet sera réalisé dans les rivières Matapédia et Grande Cascapédia en collaboration avec les délégataires des territoires fauniques. Le contenu de l'estomac de bars rayés récoltés dans les sections en eau douce de ces deux rivières à saumon sera prélevé selon un protocole scientifique et analysé par le Ministère. Le projet sera encadré par un permis scientifique, car la pêche au bar rayé demeure interdite dans ces secteurs. Des projets similaires sont également mis en place de façon ciblée dans les régions du Saguenay et de la Côte-Nord. »

 

Bien que la FédéCP comprenne la pertinence de ces travaux de documentation, elle est d’avis que les gouvernements provinciaux et fédéraux doivent sans délai expliquer au Comité sur la situation des espèces en péril au Canada (Cosepac) l’urgence d’ouvrir la pêche au bar rayé dans le fleuve Saint-Laurent ainsi que dans les rivières à saumon. Cela fait d’ailleurs plus de cinq ans qu’elle en demande l’ouverture dans le Fleuve. Il ne fait plus de doute que la ressource est bien présente, et qu’une pêche balisée serait profitable pour tous. À la lumière des observations récentes, la Fédération est également d’avis que la gamme de taille minimale en vigueur pour la capture du bar rayé devrait être réévaluée.

 

Si plusieurs pêcheurs attendent cette opportunité avec impatience, elle fera aussi le bonheur de la relève et des commerçants de plusieurs régions, qui profitent grandement des retombées économiques engendrées par ce nouveau créneau de pêche dont la popularité a explosé ces dernières années. La pêche permettrait également de régulariser la population de bars, qui ont repris leurs aises sans difficulté dans les eaux du fleuve Saint-Laurent.

 

 

La Fédération québécoise des chasseurs et pêcheurs (www.fedecp.com) est un organisme sans but lucratif qui représente 125 000 membres. Depuis 1946, sa mission est de contribuer, dans le respect de la faune et de ses habitats, à la gestion, au développement et à la perpétuation de la chasse et de la pêche comme activités traditionnelles, patrimoniales et sportives.

 

 

- 30 –

 

 

Source :                  Stéphanie Vadnais

                                    Conseillère en communication

                                    Fédération québécoise des chasseurs et pêcheurs

                                    Tél. : (418) 878-8901 / 1 888 LAFAUNE

                                    @ : stephanievadnais@fedecp.com

Trouver un cours

Programme d'éducation en sécurité et en conservation de la faune

VOIR LES COURS

Devenir membre

Devenez membre individuel, membre associatif, membre communautaire, membre municipal ou membre partenaire. 

S'inscrire