Les femmes prennent d’assaut le champ de tir en Outaouais !

Des femmes impliquées initient leurs compatriotes féminines au tir au pigeon d’argile

 

Les femmes impliquées : Julie Bélisle et Roxane Boucher, membres de l’administration de l’Association des chasseurs, pêcheurs, trappeurs et archers de la Petite-Nation (ACPTA)

Les nouvelles tireuses : 15 femmes de la région et de l’extérieur, intriguées et intéressées par le tir

Les autres acteurs du projet à succès : les autres membres de l’administration de l’ACPTA ainsi que la réserve naturelle Kenauk Nature qui a accueilli les participantes dans ses installations de tir au pigeon d’argile.

 

 

Le premier ingrédient d’un projet d’initiation qui fonctionne, c’est des instigateurs passionnés. Julie et Roxane ont toutes deux des souvenirs reliés à des moments en nature qui remontent à très loin. Elles sont maintenant impliquées dans l’association de chasse et pêche de leur région, Julie en tant que directrice et Roxane comme secrétaire. La première est aussi monitrice pour les cours de maniement d’armes à feu et d’initiation à la chasse. Sa passion pour le tir se contient difficilement, il lui fallait partager ! Roxane de son côté parle beaucoup d’environnement et du respect de la nature. Elle veut sensibiliser la relève à l’importance de respecter leur environnement et participe même à des activités d’ensemencement dans sa région.

 

 

Le deuxième ingrédient, c’est le besoin auquel on répond. Dans le domaine du tir et de la chasse, Julie avait recueilli les commentaires des femmes qui mentionnaient que leurs maris allaient au camp de chasse pour se retrouver entre hommes, ou encore qu’elles étaient mal à l’aise de commencer ces activités par peur de se faire juger. Il était donc clair qu’une activité entre femmes était de mise. Lors de la discussion avec le CA de l’ACPTA, les membres ont tout de suite démontré leur appui.

 

 

Finalement, l’organisation est primordiale pour compléter la recette. Les femmes ont été bien encadrées par les organisatrices qui ont créé un groupe Facebook spécialement pour l’événement. Cet outil a été un élément clé qui a facilité les communications avant, pendant et après l’activité.

En plus de faire découvrir aux femmes une activité passionnante, l’initiation leur a aussi permis de profiter du décor magnifique de Kenauk Nature. Pour certaines, il s’agissait d’une toute première expérience alors que d’autres renouaient avec ce sport qui combine précision, discipline et nature. Les femmes ont été comblées par une journée complète d’initiation, des cadeaux offerts par les commanditaires et une sortie dans un pub de la région pour terminer en beauté. En plus d’apprendre beaucoup et de créer des liens avec des participantes aux intérêts similaires, elles ont apprécié de se retrouver entre filles pour enfin balayer la peur du jugement.

 

 

Organiser une activité pour les femmes, c’est non seulement former de nouvelles adeptes, mais c’est aussi d’encourager la relève féminine, de leur montrer qu’il y a une belle place pour elles dans le monde du tir et de la chasse. L’ACPTA a montré qu’elle est présente pour la relève et mijote déjà d’autres projets. L’initiation au tir a de fortes chances d’être de retour l’an prochain, peut-être un peu plus tard en saison pour éviter la température froide qui a caractérisé l’édition de cette année.

 

 

Lors du sondage distribué à la fin de journée, les femmes ont démontré une grande ouverture à l’idée d’essayer d’autres activités en lien avec le tir et la nature. Quand on leur a demandé à quel genre d’activités elles aimeraient participer, les réponses ont été de la chasse au petit gibier et à l’ours en passant par le camping et la pêche au doré. Voilà des femmes qui ont eu la piqûre !

 

 

Bref, Julie et Roxane peuvent être très fières de leur accomplissement. Elles sont d’ailleurs très satisfaites de leur expérience et remercient les membres de leur association pour leur appui. L’entraide et l’esprit d’équipe ont fait de cet événement un succès. Julie et Roxane seront très certainement impliquées dans les futures activités pour la relève féminine.

 

 

Elles terminent sur ces sages paroles :

Julie : N’importe qui devrait avoir le droit de pratiquer une activité sans être jugé ; rappelez-vous qu’on a tous commencé quelque part !

Roxane : Il faut respecter cette terre qui ne nous appartient pas, mais qui nous permet tant de choses : activités, alimentation, découvertes, etc.

 

Commentaires