Aménager un champ nourricier pour initier les jeunes à observer les espèces

 

Initier les jeunes à la faune, c’est tout un défi. Que ce soit par l’observation des espèces ou l’apprentissage de la chasse et la pêche, La Jeune Relève de Granby y travaille avec passion. C’est pour remplir cette mission que l’organisme a demandé l’aide d’Héritage faune afin d’aménager un champ nourricier sur leur terrain.

 

 

Attirer les dindons sauvages et varier les espèces

Pourquoi un champ nourricier? Pour repeupler ses terres de dindons sauvages, mais aussi d’une variété d’autres espèces, dont le cerf de Virginie. La population animalière des terrains qu’occupe La Jeune Relève était devenue de plus en plus clairsemée. Les jeunes ne pouvaient donc plus observer une diversité d’espèces dans leur habitat. Et comme l’observation et l’acquisition de connaissances sur la faune font partie du corpus de formation de l’organisme, il fallait agir.

 

La Jeune Relève devait donc trouver un moyen d’attirer dans les environs les animaux, petits et gros, et les amener à rester, à fréquenter les terrains de façon régulière et permanente. L’aménagement d’un champ nourricier pour le dindon sauvage semblait une bonne façon de commencer.

 

Travailler un terrain accidenté, rocailleux et difficile d’accès

L’aménagement du champ n’a pas été simple : le terrain quelque peu accidenté et à proximité d’un ruisseau est boisé et rocailleux. De plus, il est accessible seulement à pied par des sentiers forestiers.

 

 

L’équipe a donc dû enlever quelques roches, défricher pour faire de la place et créer le champ. Et tout ça, sans l’aide de grosses machineries à cause du terrain inégal. À la pelle et au râteau!

 

Mais toute l’équipe y est arrivée grâce aux conseils, à l’implication et au travail de bras du président et fondateur de l’organisme Rénald Lachance. Ce dernier a porté tout le projet sur ses épaules, appuyé de Diane Labbé, des autres membres et de quelques bénévoles qui sont venus les aider.

 

 

Après la préparation du terrain, Rénald et son équipe ont aménagé le champ. Ils ont planté des arbres, installé des mangeoires. Ils ont même placé quelques caméras pour pouvoir observer les animaux, incognito.

 

Planter des arbres adaptés aux conditions

 

Pour les arbres, ils ont dû s’adapter au terrain de roc et choisir des essences qui poussent bien dans ce genre de condition, qui résistent bien au gel, à la glace, au verglas… Et espérer qu’ils poussent. Ou que les animaux ne les mangent pas avant qu’ils deviennent assez grands. C’est pourquoi ils les protègent avec du grillage au début.

 

Pommiers, genévriers, sureaux, vignes et autres espèces, surtout fruitières, ont donc été plantés. Depuis, l’équipe en replante chaque année afin de maintenir une variété et remplacer ceux qui n’ont pas bien poussé, qui ont gelé ou qui ont été dévoré.

 

 

Étant donné les conditions difficiles et leurs chances de survie, l’organisme a choisi de planter des arbres d’une qualité seconde avec des défauts. Comme ils coûtent moins cher et qu’ils sont aussi résistants que ceux de première qualité, ils peuvent en planter plus et obtenir finalement de meilleurs résultats.

 

 

Nourrir les animaux pour créer une habitude

Sur le terrain, la Jeune Relève a aussi installé des mangeoires. Ces dernières sont là pour nourrir les animaux de façon temporaire. Rénald les remplit de grains de façon régulière afin d’attirer les dindons. Le grain choisi est donc pensé pour eux, mais attire aussi d’autres espèces : cerfs, écureuils, tamias, etc. Les animaux savent donc qu’ils peuvent venir se nourrir sur ce terrain et y prennent l’habitude.

 

 

Avec le temps, les nouveaux arbres qui poussent, ils vont se nourrir à même la végétation de l’endroit et les mangeoires deviendront inutiles. L’idée derrière leur installation est de seulement donner l’habitude à la faune locale de fréquenter le champ.

 

Surveiller l’inventaire de grains, commander et remplir les mangeoires demande une bonne organisation et une implication constante de Rénald et des autres bénévoles. Chaque semaine, Rénald ou un autre bénévole va sur le terrain, été comme hiver, pour remplir les mangeoires. Ils y vont à tour de rôle.

 

Entretenir et agrandir le champ

Maintenant que le travail est fait, Rénald et sa bande doivent continuer. Ils doivent entretenir le terrain, réparer les mangeoires qui se brisent ou s’usent, en installer de nouvelles, planter de nouveaux arbres, nourrir les animaux.

 

Puis, Rénald veut aussi agrandir son champ nourricier, en demandant l’aide d’Héritage faune, via son programme de financement dédié au dindon sauvage. Le travail de défrichage, de nettoyage et d’aménagement sera donc à refaire sur une autre parcelle du terrain.

 

 

Le travail en vaut la peine. Car, depuis l’aménagement du champ nourricier, La Jeune Relève a vu une différence. Il y a de plus en plus de biodiversité faunique. Et ça continue d’augmenter! Voilà pourquoi Rénald veut continuer et élargir son champ nourricier : ça porte fruit.

 

Observer, apprendre et former

Avec plus d’animaux qui fréquentent les environs, l’organisme peut donc avec ses jeunes recrues observer une faune variée dans son milieu de vie naturel. Et ainsi apprendre à ces jeunes à la comprendre et à la respecter.

 

Bravo à Rénald et à toute son équipe pour votre travail et pour votre patience, c’est un beau succès.

 

Un petit mot sur La Jeune Relève de Granby

 

La Jeune Relève de Granby, c’est un organisme qui travaille avec les jeunes pour les sensibiliser à la conservation et la mise en valeur des espèces et de leur habitat naturel, mais aussi pour les former à la chasse et à la pêche.

 

Fondé par Rénald Lachance, un passionné de la faune qui « a passé sa vie à jouer dehors », l’organisme est établi à Granby et possède des terrains où les jeunes peuvent observer les animaux, pratiquer l’ornithologie, s’initier à la pêche et au tir à l’arc. Pour en savoir plus et connaître leurs différentes activités, visitez le site web La Jeune Relève de Granby ou suivez-les sur Facebook.

Commentaires