Carnet de tournages 2

Mon premier doré

 

 

Un mercredi routinier s’annonçait à moi ce jour-là. Arrivé au travail en fin de matinée, je fais le survol de mes messages Facebook. J’ouvre alors un message de Bruno me demandant de l’appeler rapidement. Qu’est-ce qui presse tant? Pensant naturellement à une urgence indésirable, je prends mon cellulaire et je rejoins Bruno.

 

« What’s up? Ça fait 2 mois qu’on se parle sur Facebook…. Qu’est-ce qui se passe? »

« Ben, je sais que je suis vraiment de dernière minute, mais je me rends en Ontario avec Tommy après le salon de la mouche de Trois-Rivières ce samedi. On va rejoindre Sébastien Garneau, guide de pêche chez Excel Pêche, pour un trip de pêche au doré trophée dans la Baie de Quinte. Ça te tente-tu de venir avec nous? ».

 

« Euhhhh…Euhhh…ben, j’avais quelques affaires de prévues, mais je t’appelle tantôt ».

Résultat…5 minutes plus tard, je déplace tout pour aller pêcher avec trois gars que je n’ai encore jamais rencontrés et prendre mes premières images de doré.

 

Faisant principalement confiance au pouvoir rassembleur de la pêche, je pars pêcher le doré avec mes nouveaux chums. Après 7 heures de route, deux Big Mac bien garnis et zéro minute de silence, on arrive enfin à notre motel pour prendre quelques heures de repos avant d’aller affronter les conditions météo de la Baie de Quinte.

 

 

Jour 1

 

Dès notre réveil, on constate que finalement, la journée s’annonce moins froide qu’on le supposait. Les yeux encore collés, on mange quelques muffins et voilà…c’est le départ pour rejoindre Sébastien. Dès notre arrivée, je remarque le confort et la propreté du bateau de Sébastien. Moi qui ne suis pas naturellement un grand partisan de la pêche en bateau, je suis complètement rassuré. Après quelques « jokes » et une poignée de main formelle, on démarre enfin le bateau pour partir à la conquête d'images des dorés trophées de Quinte.

 

On commence alors la sélection des précieux leurres qui nous permettront de vaincre notre adversaire. Usant d’une science et d’un goût indéniable, Sébastien choisit les bons appâts, les bons leurres et les bonnes couleurs. On descend les lignes une à une…en rêvant déjà de l’attaque d’un poisson record. En attendant, moi, je prends des images du paysage, des oiseaux qui volent autour du bateau à la recherche de poissons à surprendre.

 

Une fois les 6 lignes en place, il nous reste plus qu’à trainer et attendre patiemment.

 

Quelque temps plus tard, le soleil se débarrasse des nuages qui l’obstruaient et l'on commence à avoir de l’action sur une des lignes!

 

« Alright gang!! » premier combat…. Tommy est le premier désigné pour remonter le premier poisson. Impatient, je saisis la caméra pour ne rien manquer de l’action tant attendue. Après plusieurs minutes et 200 pieds plus près, on réussit enfin à voir apparaître la bête. Craignant de mêler la ligne dans le câble de « downrigger », nous avons dû brusquer l’approche de l’épuisette. Résultat : le gros ventre du doré tourne sur l’anneau de l’épuisette, la bête se décroche et roule jusque dans l’eau (et là, je suis convaincu qu’on l’a tous vu tomber au ralenti). QUELLE DÉCEPTION!!! Le visage de Tommy en témoigne et moi je devrai attendre encore avant d'avoir les premières images de doré. La pression augmente tranquillement, sachant que la pêche sera probablement difficile.

 

Il ne faut toutefois pas se laisser décourager. On replonge la ligne et on continue à voguer. Quelques minutes plus tard…enfin…un deuxième poisson attaque notre appât. Cette fois-ci, c’est à mon tour de tenter ma chance, 150 pieds plus près, je sors le premier malachigan de ma vie. Malgré la petite taille du poisson, j’étais tellement heureux d’avoir ce beau poisson encore inédit pour moi, dans mes mains. Un souvenir mémorable.

 

 

Quelque temps plus tard, ce sera à Bruno de sortir un magnifique doré de l’eau de Quinte. Celui-ci avait une magnifique couleur, et qui plus est, était notre premier doré remonté au bateau…POUR VRAI. Le soleil qui plombait alors nous permit de prendre plusieurs belles images de ce poisson. Les images qui me donnent souvent la plus grande satisfaction sont celles où la lumière orangée-jaune offre un contre-jour contrastant. 

 

 

Plusieurs heures s’écoulèrent ensuite avant que nous arrivions au quai d’embarquement. La première journée fut fort agréable malgré le poisson très peu actif. Nous gardions donc le moral fort pour la pêche du lendemain. Quelques bières plus tard, nous sommes en route pour prendre du sommeil au motel.

 

Jour 2

 

La deuxième journée s’annonça plus nuageuse. Embarqués en bateau dès 7h30, nous partons à la pêche de ce magnifique doré, que nous cherchons depuis la veille. Ce matin-là, la baie était très agitée, les vagues étaient considérables et il nous était très difficile de bien diriger le bateau. C’est tout de même ce matin-là que notre trophée se présenta enfin à nous. Quelle bonne affaire, en plus c’est à mon tour de remonter l’animal. Cette fois-ci, je sens l’adversaire beaucoup plus lourd que ma prise de la veille. Après plusieurs minutes de remontée, le poisson daigne enfin à se présenter à nous. Je tiens enfin ce beau trophée entre mes mains. Le petit enfant en moi resurgit immédiatement et je saute partout dans le bateau en m’exclamant : « YEAHHHH!!!! WOOOUUUUHOOOUUUUU!!! ». La couleur de ce poisson était tout simplement sublime, d’un jaune or impressionnant. Sa gueule était non seulement grande…mais laissait également présager une cage imprenable pour ses proies. Quelle belle bête!!! Pendant ce temps là, c'est Tommy qui tenait la caméra pour immortaliser ce moment.

 

 

Une fois la remise à l’eau réussie, nous continuons notre pêche.

 

Plusieurs heures passèrent en bien bonne compagnie, mais des poissons extrêmement timides. Nous commencions tous, je crois, à désespérer de prendre un autre beau spécimen. L’heure nous forçant tranquillement à revenir au quai, nous croyions tous la venue d’une autre prise impossible. Tout à coup….BAMMMMM!!!…le dériveur de surface nous désigne une autre touche. Enfin la chance à Tommy de prendre sa revanche sur un doré digne de mention. Après une remontée lente (question de permettre la remise à l’eau en santé), l’animal se pointe enfin dans l’épuisette. Tommy était alors le gars le plus heureux au monde. Tous nos espoirs semblaient être nuls…et finalement celui-là était pour lui. J'en ai par le fait même profité pour prendre des images de son combat.

 

 

Après quelques photos, on tente la remise à l’eau. Dans ce type de pêche, nous devons faire très vite afin de procéder à une remise efficace. Malgré nos efforts, nous avons échoué cette remise à l’eau. Bien que le poisson soit tout à fait en santé…nous pouvions dès lors l’observer dériver au gré des vagues et du courant. Les 4 gars…nous regardions la scène avec beaucoup de déception, au point où nous décidions à l’unanimité de rebrousser chemin, avec nos 6 lignes toujours à l’eau. Au risque de tout mêler…nos consciences pouvaient en être beaucoup plus légères. Quel travail d’équipe se mit alors en branle pour nous permettre de récupérer cet adversaire respectable. Un moment d’adrénaline prit place en nous. Tout allait vite. Entre la perte de vue sur le poisson et le guidage du bateau, en ces conditions de navigation difficile…nous fûmes enfin en mesure de reprendre le doré. Nous n’avions qu’une seule chance pour y arriver et nous avons réussi.

 

Ce fut la clôture de cette journée de pêche. Une fois arrivé au quai d’embarquement, le temps nous pressait de reprendre la route. Le retour fût occupé encore par de nombreuses discussions, tout aussi intéressantes les unes des autres.

 

Je retiens maintenant des souvenirs mémorables de ce voyage. Je partais à la chasse au doré géant, et je reviens non pas seulement avec un souvenir de mon premier gros doré, de nombreuses belles images, mais aussi avec trois nouveaux amis aussi fous maniaques dans la tête que moi. Sébastien fut un guide impliqué, proactif et soucieux de notre satisfaction. Un vrai bon gars, comme on appelle souvent, un gars avec qui tu n’as pas le choix de bien t’entendre.

 

 

Pour ce qui est de mes deux acolytes principaux, Tommy et Bruno, j’ai découvert deux gars extrêmement bien informés sur la pêche au Québec. Nos nombreuses discussions ont été passionnantes et chargées de positif. Ce voyage-là m’aura permis de rencontrer trois gars avec un sens de l’humour inépuisable. Longue vie à cette nouvelle amitié. On remet ça quand vous voulez les BOYS!!!

 

Pour ceux et celles qui voudraient vivre la pêche au doré géant de la baie de Quinte, il est temps de réserver vos dates pour cet automne auprès d'Excel Pêche.

 

En cadeau, voici le vidéo qui a finalement été produit suite à ce voyage de pêche.

 

Vous vous demandez où pêcher le doré au Québec; découvrez notre carte interactive allons pêcher.

Olivier Fortin

Voyageur et passionné de la faune québécoise, je suis à la recherche des expériences de chasse et de pêche, mais surtout de vous faire vivre la beauté de notre territoire. Par la production de contenu visuel, je pars à la rencontre de passionnés un peu partout au Québec. 

Responsable marketing et web à la Fédération québécoise des chasseurs et pêcheurs.

Commentaires

Si vous appréciez cet article, partagez-le avec d’autres! Des questions sur cet article? Écrivez-nous ici!